ALG : une stratégie de communication
pour plus de visibilité et de crédibilité

L’atelier de validation du document de stratégie de communication de l’Autorité de Développement Intégré de la Région du Liptako-Gourma (ALG) et son Programme d’actions 2018-2022 s’est tenu à Ouagadougou les 24 et 25 novembre avec la participation, au titre du Mali, du Correspondant National et de Monsieur Diakaridia FOMBA, Chargé de Mission Communication au Ministère de l’Economie et des Finances.

A titre de rappel, l’ALG est une organisation sous-régionale regroupant le Burkina, le Niger et le Mali. Elle a été créée le 3 décembre 1970 à Ouagadougou dans le but de promouvoir un cadre commun de mise en valeur des ressources minières, énergétiques, hydrauliques, agropastorales et piscicoles dans sa zone d’intervention.
Face au constat du peu de visibilité de l’ALG, malgré son ancienneté et l’importance de ses réalisations (environ 250 milliards de francs CFA), la 52e session ordinaire du Conseil des Ministres de l’organisation tenue à Bamako en décembre 2015 a instruit la Direction Générale d’engager une réflexion devant déboucher sur l’élaboration d’une stratégie de communication et d’un programme d’actions.

Une étude réalisée dans ce cadre par le Cabinet Business Communication assigne comme objectif à la stratégie de communication d’améliorer la visibilité des interventions de l’organisation et susciter l’adhésion des différents acteurs à ses actions à travers l’élaboration d’un document de stratégie, d’un plan d’actions assorti d’un budget et d’un programme prioritaire sur les cinq premières années de sa mise en œuvre.

La stratégie proposée repose sur :
- une approche inclusive, utilisant davantage les méthodes de la vulgarisation et du plaidoyer ;
- la mise en place au niveau de la Direction Générale de l’ALG, d’un Comité de Pilotage, relayé dans chaque Etat par le Correspondant National.

Tous les acteurs impliqués dans cette communication ont été identifiés : décideurs politiques, autorités administratives, collectivités territoriales, organisations de la société civile (jeunes et femmes en particulier), autorités traditionnelles, leaders d’opinion, organisations professionnelles de presse, partenaires techniques et financiers, Correspondants nationaux de l’ALG, etc.

Les canaux de communication ont également été inventoriés : radios, journaux, télévision, téléphonie mobile, média en ligne, plaidoyers, rencontres, banderoles et affichages, etc.

Pour la mise en œuvre de la stratégie de communication, un budget de 342.570.000 CFA était proposé en 2016 ; ce chiffre est porté à 253.828.000 dans le document de 2017. Le financement pourra être recherché auprès de bailleurs de fonds ou supporté par les Etats membres, ce qui pourrait impliquer une révision à la hausse des cotisations.

Lors de sa 9e session extraordinaire tenue à Tenkodogo (Burkina Faso) le 13 décembre 2016, le Conseil des Ministres de l’organisation a instruit que la stratégie de communication soumise à son appréciation soit adossée à un plan d’actions global qui définit la vision, la mission et les objectifs de la nouvelle ALG en gestation.

Le rapport soumis à validation est intervenu dans un contexte nouveau marqué par d’importantes décisions prises par les Chefs d’Etat et de Gouvernement lors de leur 8e Conférence tenue à Niamey le 24 janvier 2017 : l’élargissement de la zone d’intervention de l’organisation à la totalité de la superficie des trois Etats membres (au lieu de 370.000 km2 situés dans la zone frontalière commune aux trois Etats), l’extension de sa mission au domaine sécuritaire.

Le rapport du consultant a été validé sous réserve de la prise en compte des observations émises et relatives entre autres à la prise en compte du secteur minier, la mise en place d’une structure de coordination et de suivi du programme, la reprise du budget en raison de l’extension des objectifs et la programmation annuelle des activités./.