Le Mali a permis à l'extraction artisanale informelle de reprendre les activités après une suspension de trois mois pendant laquelle le gouvernement a restructuré le secteur :
- 1- En terme de statistique, pouvoir évaluer combien de personnes exercent dans le secteur sur l’orpaillage.
- 2 Créer des registres de production et vente d’or sur les sites pour savoir la capacité de production journalière.
- 3 Pour la sécurité, recenser toutes les âmes par profession, et par nationalité.
- 4 Enfin, le Ministre des Mines a insisté sur la scolarisation des enfants qui ne sont plus autorisés d’accéder aux sites jusqu’à la majorité (18 ans).

Le Mali est par excellence le troisième plus grand producteur d'or d'Afrique derrière l'Afrique du Sud et le Ghana, le secteur minier informel du Mali a explosé ces dernières années et plus d'un million de mineurs travaillent actuellement sur au moins 350 sites.
"Nous avons décidé que, désormais, tous ceux qui venaient à creuser des sites doivent posséder une carte d'identification", a déclaré le Ministre des Mines, le Pr. Tiémoko SANGARE, lors de la réouverture officielle des activités de l’orpaillage.
Selon des estimations le mali déclarait, et cela depuis plusieurs années, un forfait d’une production artisanale de 4 tonnes d’or.
Le Ministre des Mines, le Pr. Tiémoko SANGARE, très confiant de pouvoir renverser cette estimation a pris des dispositifs aux contrôles douaniers qui ont prouvés au cours des quatre derniers mois de cette année, c’est-à-dire de Janvier à Avril 2017, que le mali a exporté plus de 16 tonnes d'or de l’orpaillage et estime être sur la bonne voie pour exporter 50 tonnes pour le reste de l'année, ce qui équivaut à la production industrielle.
Le Mali est également devenue un centre d'exportation de l'or issus de l’orpaillage dans les pays voisins; le manque de réglementation sectorielle a rendu difficile l'estimation de ses véritables niveaux de production.
Les excavateurs devront désormais vendre leur production dans les bureaux d'achat autorisés par le gouvernement sur des sites miniers, ce qui, selon les autorités, stimulera les recettes fiscales et permettra une plus grande traçabilité.
Le Mali a exporté 67 tonnes d'or évaluées à 2,2 milliards de dollars en 2016. De ce fait, plus de 20 tonnes ont été considérées comme des exportations artisanales.

Le chargé de Communication

Si vous souhaitez regarder l'interview du Ministre des Mines en Bambara ou en Francais Cliquez un lien ci-dessous:

Interview du Ministre des Mines en Bambara
Interview du Ministre des Mines en Francais